Recherchez sur le site






L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Brèves

Agenda mode d'emploi

Cliquer sur le mois pour obtenir les événements du mois.
Cliquer sur le jour pour obtenir les événements du jour.

Compte rendu du Conseil municipal du 13 novembre


Histoire

31 juillet 1944 : libération de Saint Jean le Thomas



« Saint-Jean fut libéré le 31 juillet. Avec simplicité, Raymond Chesnay raconte :
" On n'a presque pas eu affaire aux Allemands. L'après-midi du 30 juillet, nous sommes partis vers Ronthon, entre jeunes. Depuis trois semaines que nous entendions le bruit des avions et des canons, nous nous étions habitués. Vers le milieu de l'après-midi, nous avons vu la route envahie par tout ce qui roulait et par des chevaux. A ce moment, conscients d'une aggravation de la situation, nous avons décidé de rentrer chez nous le plus vite possible. Un avion double-queue a alors survolé la route et a tué cinq ou six chevaux à trois cent mètres d'où nous étions. Nous nous sommes dissimulés près d'une maison puis nous sommes rentrés à travers champs. Les tirs ont continués toute la nuit, c'était la débâcle.
Le lendemain matin, n'entendant plus rien, nous sommes allés au village et nous avons vu la première jeep américaine qui arrivait avec deux hommes à bord décontractés. Nous avons appris qu'une bombe était tombée derrière Bonneville. Voilà tout, le lendemain, j'ai vu trois couillons de Saint-Jean avec un brassard F.F.I.
"

Les derniers allemands présents à Saint Jean avaient réquisitionné des chevaux et un char à foin sur lequel ils avaient chargé leur paquetage, camouflé par des planches, puis ils avaient obligé Gustave Bonneau à les emmener. Mais arrivé sur le plateau, l'équipage fut la cible de tirs aériens américains et se réfugia sous les pommiers. Gustave détala et rentra avec ses bêtes.

Le 30 juillet 1944, à Saint-Jean, les derniers allemands attendaient près de l'abri des voyageurs en face de chez Mme Hamel. celle-ci accrocha ses drapeaux aux fenêtres de son hôtel, les Allemands partirent. »

Remerciements à Marcelle Schimpff qui a autorisé la publication de ce texte extrait de son livre : Saint Jean le Thomas, "Une si jolie petite commune", 2002, p 127.

Lu 315 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez faire un commentaire sur notre site, il sera publié directement. Par avance merci de respecter les règles de politesse et la net-étiquette. La direction éditoriale se réserve le droit de retirer tout commentaire ne respectant pas les règles évoquées précédemment.

Saint Jean le Thomas, "village d'art, mer et nature" étape idéale pour les randonnées en Baie du Mont Saint Michel dont le GR223, à proximité de sites remarquables et de multiples activités.
C'est un lieu de séjour agréable disposant d'un large choix d'hébergements, de restauration et de services.