Recherchez sur le site






L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Brèves

Compte rendu du Conseil Municipal du 15 février 2024

s25c_0i24021610550.pdf S25C-0i24021610550.pdf  (88.59 Ko)

Compte rendu du Conseil Municipal du 21 décembre 2023



Informations municipales

Une nouvelle rue à Saint-Jean-le-Thomas : rue Odette Bonneau

Une nouvelle rue va être créée dans le lotissement Balcon de la Baie. On a demandé au Conseil Municipal de lui trouver un nom. Le Conseil Municipal souhaitait un nom féminin si possible en relation avec l’histoire du village. Le choix s’est porté sur le nom d’Odette Bonneau.



Une nouvelle rue à Saint-Jean-le-Thomas : rue Odette Bonneau
Mais qui était Odette Bonneau ? (sources : Louis Malle, Ouest France)




Odette Bonneau est née à Saint-Jean-le-Thomas le 11 décembre 1919 dans la ferme familiale sise rue du Vieux Château (à l’emplacement actuel de la Villa Françoise et de l’Espace Jacques Auriac)

Odette Bonneau fréquente l’école de Saint-Jean avec pour institutrice Madame Laborde (années 1925 – 1930) puis le collège d’Avranches. Parmi les souvenirs des uns et des autres, domine la mémoire de la petite fille qui ne faisait rien à l’école. Elle se penchait sur le travail de la copine de devant pour copier son travail, n’hésitant pas à lui demander d’écarter son bras pour mieux voir son cahier, sans se faire remarquer par la maîtresse.

Tête dure et quelque peu gavroche, Odette n’avait peur de rien et surtout pas des punitions de Madame Laborde qui l’excluait de la classe. Elle en profitait pour aller chaparder des fraises dans le jardin de l’institutrice.
Supportrice de l’équipe saint-jeannaise de football, elle n’hésitait pas à rentrer sur le terrain pour se mêler aux bagarres qui pouvaient s’y déclarer.
Elle fréquente le restaurant du plateau de Champeaux (aujourd’hui « la Case de Tom ») qui faisait office de piano bar, dancing et rendez-vous pour la jeunesse mais préférait jouer aux cartes. Ses copines de jeu se souviennent qu’elle gagnait toutes les parties et la soupçonnaient de tricher.
Elle pratiquait l’auto stop, voire la moto stop, pratique peu concevable dans les années 1935 – 1940.

Odette Bonneau sur le port de Fort de France
Odette Bonneau sur le port de Fort de France
Le changement d’une vie

En janvier 1939, Odette Bonneau entre au couvent à l’abbaye aux dames de Caen. Elle y prononce ses premiers engagements dans la vie religieuse sous le nom de Sœur Marie-Claire, à la grande surprise de tous ceux qui la connaissaient.
Formation à l’hôpital de Caen (il n’est jamais trop tard) où elle exerce le métier de soignante auprès de patients atteints de maladies vénériennes.

Juillet 1965, première mission en Guinée – dans un dispensaire de brousse à Kataco jusque 1967 lorsque Sekou Touré expulse toutes les congrégations religieuses. Elle y connaîtra brièvement les prisons guinéennes.

1967, fondation d’un dispensaire à Madagascar – En plein cœur de la forêt malgache, sœur Marie-Claire (que nous continuerons à appeler Odette Bonneau) fonde un dispensaire à Ambatofosty (forêt Tanale) où elle soigne blessés et femmes sur le point d’accoucher. Elle fait une demande d’achat d’ ULM pour gagner du temps, demande sans suite.

1969, Odette rejoint le Gabon dans un hôpital minier de manganèse pour assister un médecin au moment de la guerre du Biafra.

1970, elle gagne Fort de France en Martinique où elle a la responsabilité de 2 dispensaires, elle y restera 21 ans.

1992, la Guadeloupe où elle poursuit son travail d’infirmière avec la mission de mettre en place une maison pour les sœurs âgées.
En septembre 2012, elle revient quelques jours à Saint-Jean-le-Thomas pour revoir sa famille, voyage offert par ses amis de la Martinique à l’occasion de ses 70 ans de vie religieuse.

Le 26 mai 2013 Odette Bonneau, Sœur Marie-Claire, décède en Guadeloupe dans sa 94ème année. Elle est enterrée à Basse Terre.

Lu 635 fois

Saint Jean le Thomas, "village d'art, mer et nature" étape idéale pour les randonnées en Baie du Mont Saint Michel dont le GR223, à proximité de sites remarquables et de multiples activités.
C'est un lieu de séjour agréable disposant d'un large choix d'hébergements, de restauration et de services.